SITE CATHOLIQUE FRANÇAIS       drapeau FR

colere de dieu et punition du monde

 

Accueil
Prières
mes Images
Parole de DIEU
Notre Dame de la Salette
Sommaire
le Dessin
Autres sites
Témoignage - la Mort
Anne Catherine Emmerich
Plan du site
Toutes les pages de la Parole

AUTRES PAROLES DE DIEU (9)

LA RÉSURRECTION suivie de :

   la CHAIR - l'AME, l'ESPRIT et le CORPS 

barre décorative

La Résurrection

L'Incarnation est l'union de l'âme créée à l'image de DIEU (dans son corps spirituel, avec le corps de chair sur Terre,

La Résurrection, selon l'Église, c'est "revivre dans son corps de chair", celui dans lequel nous venons de vivre sur Terre.

La Résurrection, selon le SEIGNEUR, c'est "devenir comme un esprit, un ange", par conséquent sans la chair :

St Marc, 12, v. 24 à 27 ...Jésus leur dit : " N'est-ce pas parce que vous ne connaissez ni les Ecritures ni la puissance de Dieu que vous êtes dans l'erreur ? En effet, quand on ressuscite d'entre les morts, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme des anges dans les cieux. Quant à dire que les morts doivent ressusciter, n'avez-vous pas lu dans le livre de Moïse, au récit du buisson ardent, comment Dieu lui a dit : Moi, je suis le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob ? Il n'est pas le Dieu des morts mais des vivants. Vous êtes complètement dans l'erreur. "

Jésus nous enseigne qu'en mourant ici-bas on n'est pas mort mais bien vivant et comme des anges dans les cieux, c'est-à-dire sous forme d'Esprit. D'autre part Jésus en disant "Vous êtes comme des anges au ciel" c'est-à-dire toujours bien vivant et en esprit, ne nous dit pas que nous seront obligatoirement au Ciel où sont les Anges, mais simplement que nous seront sous cet état, sous forme d'esprit, dans l'univers invisible..... mais pas forcément dans la félicité céleste ! Celui qui ne croit pas qu'aussitôt après la mort ici-bas on devient un esprit, et toujours bien vivant (lire "mon expérience" plus bas), ne connaît donc pas les Ecritures, ni la puissance de DIEU et est dans l'erreur. C'est clair et net ! Pour le SEIGNEUR et donc en vérité, la chair n'existe plus après notre mort mais notre esprit, lui, est bien vivant.....

La réincarnation,si elle existe, serait l'union de l'âme avec un nouveau corps humain puisqu'alors il pourrait y avoir éventuellement pour certains deux voire plus d'incarnations sur terre soit pour notre "progression vers DIEU", pour avoir une ou d'autres chances de rachat ou tout simplement pour le plan de DIEU, par exemple une mission particulière que pourrait venir faire un Saint ou une Sainte ayant déjà fait ses preuves ici-bas..

La Résurrection est un mystère difficile à appréhender et que DIEU ne dévoile que très peu.... Elle est le retour à la Vie ou le Passage à une vie nouvelle sous deux formes, très rarement dans l'univers visible sous la forme d'un retour de l'âme dans son corps de chair défunt (7 fois dans la Bible semble-t-il) et aussi obligatoirement dans l'univers invisible sous la forme inconnue de l'Esprit, dès la mort du corps de chair, "comme les Anges" nous a dit notre SEIGNEUR, puisque c'est le Monde des Esprits...... Elle est prévue aussi, selon l'Église, à la fin des Temps sur une Terre nouvelle et sous des Cieux nouveaux, ce qui ne pourrait donc être qu'une espèce de "nouvel univers visible" que Saint Jean décrit comme étant la Nouvelle Jérusalem Céleste. Mais rien ne prouve que la Jérusalem Céleste est ou sera dans l'Univers Visible et donc de la chair.

Symbole de Nicée-Constantinople Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de l'univers visible et invisible.....

Les deux univers coexistent, l'un n'a pas remplacé l'autre ! Mais avant de parler résurrection, parlons un peu de la Genèse du Monde et de l'Incarnation de l'Homme.

L'Univers invisible ne veut pas dire vide ! Il est l'Univers des Origines, l'Univers réel, celui de DIEU, de l'Esprit, de l'immatérialité, de l'Eternité, des Anges, mais aussi de la pureté, de la beauté, de la grâce, de la splendeur. Tout y est divin pour les âmes. Il n'y a ni espace, ni temps, ni matière physique telle que nous la connaissons, donc pas de chair et par conséquent pas de mâle ni femelle, de masculin et de féminin. Les lois qui le régissent nous sont inconnues et pourtant semblent paraître, selon certains, extraordinaires et surnaturelles (effectivement nous pouvons le constater nous-mêmes lors de visions ou de révélations de DIEU....)

L'Univers visible est celui de la matière et de ses lois physiques, de l'espace et du temps, de la mort, de la chair et de la sexualité, du féminin et du masculin, de la Terre et des étoiles, ainsi que du fort et du faible, du Mal et d'un peu de Bien qui essaie de survivre, des Ténèbres et du péché avec tout ce qu'il entraîne. C'est le monde de l'Homme et de sa désobéissance à DIEU, le monde de ses épreuves et servitudes pour sa remontée vers DIEU, le Monde donné à Satan. De même que DIEU a créé notre univers visible, de même Il le détruira...
Apocalypse
, 21, v. 1 à 4 ...Alors je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre ont disparu et la mer n'est plus. Et la cité sainte, la Jérusalem nouvelle, je la vis qui descendait du ciel, d'auprès de Dieu, comme une épouse qui s'est parée pour son époux (la Jérusalem Céleste est aussi épouse de DIEU). Et j'entendis, venant du trône, une voix forte qui disait : Voici la demeure de Dieu avec les hommes. Il demeurera avec eux. Il seront ses peuples et lui sera le Dieu qui est avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux. La mort ne sera plus. Il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni souffrance, car le monde ancien a disparu. 6ème Sceau ...Le ciel se retira comme un livre qu'on roule...

La Genèse est la création de l'Univers visible et avec lui, notre planète Terre évidemment :
Genèse 1
, v.1
Lorsque Dieu commença la création du Ciel et de la Terre.... C'est ce que nos savants nomment le Big Bang.
St Jean
, 17, v. 5
" Et maintenant, Père, glorifie-moi auprès de toi de cette gloire que j'avais auprès de toi avant que le monde fût " JÉSUS semble vouloir dire que sa glorification dans la Passion est aussi importante que la gloire qui lui a permis de créer l'Univers visible, d'où l'importance extrême de la Passion... Avant il n'y avait que l'Univers originel, l'univers de la Présence Divine. Mais l'Univers invisible, originel, n'a pas disparu ! Les deux Univers cohabitent, l'un n'a pas remplacé l'autre, le visible a été créé au sein de l'Invisible qui lui, reste toujours l'Univers principal et qui nous est caché (serait-ce la fameuse matière "manquante" que nos savants recherche ?). DIEU toutefois a jeté un voile entre les deux univers, une barrière infranchissable à la matière telle que nous la connaissons. Et si la matière de notre univers visible ne peut pas entrer dans ce voile, l'Univers des Esprits a accès, selon la volonté divine, à notre univers, ne serait-ce que les anges ainsi que les mauvais esprits, les démons, Satan, puisque notre monde lui a été donné par DIEU.
St Luc, 4, v. 5 et 6 ...Le diable le conduisit plus haut, lui fit voir en un instant tous les royaumes de la terre, et lui dit : " Je te donnerai tout ce pouvoir avec la gloire de ces royaumes, parce que c'est à moi qu'il a été remis et que je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu m'adores, tu l'auras tout entier."

On s'incarne dans le Monde visible, on se désincarne dans le Monde invisible, Royaume des Anges et des esprits......

On ne peut pas passer directement de l'Univers de la matière, du temps, de l'espace, du péché, des vices, du sang, de la corruption des corps, de la chair, à celui de l'Esprit de DIEU, des Anges, des âmes, de l'immatérialité, de l'éternité, de la pureté. Ce " voile " n'est pas une mince pellicule mais un filtre et en même temps une espèce d'univers, de mondes à lui seul dans une masse de vapeurs ténébreuses. C'est en quelque sorte, une "zone de transit" des âmes et il serait composé de plusieurs "mondes", comme les Limbes, le Purgatoire et l'Enfer où les âmes ne verront jamais DIEU (lire la page des visions d'Anne-catherine Emmerich : la Descente aux Enfers). Certains, je crois, nomment ces lieux, "le tunnel", même s'ils n'ont pas pu voir de quoi il est composé, ou bien l'abîme. St Luc, XVI, v. 22 à 26 ...Or le pauvre (Lazare) mourut et fut emporté par les anges au coté d'Abraham ; le riche aussi mourut et fut enterré. Au séjour des morts, comme il était à la torture, il leva les yeux et vit de loin Abraham avec Lazare à ses cotés. .... Abraham lui dit : " mon enfant, souviens-toi que tu as reçu ton bonheur durant ta vie, comme Lazare le malheur ; et maintenant il trouve ici la consolation et toi la souffrance. De plus, entre vous et nous, il a été disposé un grand abîme pour ceux qui voudraient passer d'ici vers vous ne le puissent pas et que, de là non plus, on ne traverse pas vers nous. " Avant la Passion personne n'était remonté au Ciel, et depuis, seuls les vrais martyrs du CHRIST, morts dans l'amour pour DIEU, dans la pureté et la sainteté, pour et par sa Parole et à son service, et pour le salut du plus grand nombre, franchissent le voile (le tunnel) à leur trépas et peuvent aller directement au Ciel, personne d'autre.... Mais lisons maintenant des extraits de la Genèse....

...Le SEIGNEUR Dieu fit tomber dans une torpeur l'homme qui s'endormit ; il prit l'une de ses côtes et referma les chairs à sa place. Le SEIGNEUR Dieu transforma la côte qu'il avait prise à l'homme en une femme qu'il lui amena. L'homme s'écria : "Voici cette fois l'os de mes os et la chair de ma chair, celle-ci on l'appellera femme car c'est de l'homme qu'elle a été prise." Aussi l'homme laissera-t-il son père et sa mère pour s'attacher à sa femme et il deviennent une seule chair (Alors on parle bien de la chair avec ses muscles et ses os, non ? On ne va pas encore lire au second ou au troisième degré ? D'autre part, la femme a été créée de la chair, du corps de chair d'Adam et elle est, en quelque sorte, une espèce de "clone" d'Adam, un double de chair, de muscles et d'os, et c'est pour cela qu'ils sont "une seule chair" ) Tous deux étaient nus, l'homme et sa femme, sans se faire mutuellement honte ( à ce moment encore, nul besoin de sexualité, aucun rapport sexuel entre eux ; aucune utilité du sexe aux yeux de DIEU pour le premier couple humain ). Or le serpent était la plus astucieuse de toutes les bêtes des champs que le SEIGNEUR Dieu avait faites ( le Mal, Satan, l'Ange déchu... Apocalypse, 12, v. 9 Il fut précipité, le grand dragon, l'antique serpent, celui qu'on nomme Diable et Satan, le séducteur du monde entier, il fut précipité sur la terre et ses anges avec lui... Il dit à la femme : " Vraiment, Dieu vous a dit : " Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin ? " (Satan, déjà menteur, parle de "tous les arbres") ....... Le serpent dit à la femme : " Non, vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront et vous serez comme des dieux possédant la connaissance de ce qui est bon ou mauvais. " La femme vit que l'arbre était bon à manger .......

C'est alors le péché originel, la trahison, si effroyable que DIEU ne l'a pas pardonnée et qui a changé le cours de l'humanité pour toujours, pour tous les hommes de toutes les générations..... Adam et Ève ont été alors transformés, leur beauté s'est ternie et leur être s'est dégénéré.... Et que dire de l'humanité actuelle, qui après la Passion, est encore beaucoup plus traître à DIEU qu'eux !

.... Leurs yeux à tous deux s'ouvrirent et ils surent qu'ils étaient nus ( Adam et Ève, dans le péché et la trahison prennent conscience d'une différence sexuelle de leur corps ) ...... Le SEIGNEUR Dieu dit au serpent : " Parce que tu as fait cela, tu seras maudit entre tous les bestiaux et toutes les bêtes des champs ; tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. " ( avant le " serpent " ne marchait pas sur son ventre comme l'a expliqué Anne Catherine Emmerich ) ..... Il dit à la femme : " Je ferai qu'enceinte, tu sois dans de grandes souffrances ; c'est péniblement que tu enfanteras des fils. Ton désir te poussera vers ton homme qui te dominera. " ( DIEU vient de créer pour Adam et Ève, la sexualité, la copulation et la procréation dans la souffrance. Et avec cela, le désir, la concupiscence, le plaisir du sexe, c'est une punition de DIEU, pas une grâce.....! ). Il dit à Adam : " Parce que tu as écouté la voix de ta femme et que tu as mangé de l'arbre dont je t'avais formellement prescrit de ne pas manger, le sol sera maudit à cause de toi. C'est dans la peine que tu t'en nourriras tous les jours de ta vie ........ " Le SEIGNEUR Dieu l'expulsa du jardin d'Eden pour cultiver le sol d'où il avait été pris. Ayant chassé l'homme, il posta les chérubins à l'orient du jardin d'Eden avec la flamme de l'épée foudroyante pour garder le chemin de l'arbre de vie ( quiconque voudrait retrouver ce chemin sera foudroyé ). L'homme connut Ève sa femme( première copulation de l'histoire de l'humanité, après la trahison et suite à la punition de DIEU. Alors que l'on arrête de nous seriner la "sainteté" de l'acte sexuel.... ! ). Elle devint enceinte et enfanta Caïn ......

Lire la page Genèse et surtout son explication qui est la Genèse selon les visions de la Bienheureuse Anne Catherine Emmerich.

En ce qui concerne LA CHAIR qui soulève bien des polémiques et aussi des interrogations, il faut lui donner, semble-t-il, les deux sens qui lui reviennent :

Tout d'abord la chair de notre incarnation terrestre dans les ténèbres du corps puis la "chair" de la résurrection des corps, tout à la fin lors du "Jugement général", qui sera un corps semblable à l'âme, sous forme éthérée et impalpable et qui ne sera pas de chair au sens propre du terme (peut-être un peu comme étaient Adam et Ève avant la chute et alors qu'ils n'avaient pas utilité de la copulation selon les révélations faites à Anne Catherine Emmerich). L'âme des élus sera heureuse de retrouver son corps après le Jugement général mais il ne lui est pas du tout nécessaire pour son bonheur.

Depuis la Genèse et la chute, notre incarnation sur terre dans la chair que nous connaissons est donc la conséquence du péché, de la trahison ; c'est une épreuve, une punition et une déchéance et nous devons prendre conscience que nous sommes venus ici-bas, depuis le péché originel, pour vaincre la chair par l'esprit et que notre corps de chair n'est que le manteau provisoire de l'esprit et de l'âme, et ce, contrairement à la nouvelle théologie idolâtre du corps que l'on nous enseigne. Nous sommes là aussi pour tenter, par notre soumission, par nos efforts dans les épreuves et notre lutte contre le Malin, de regagner la confiance de DIEU, de mériter de nouveau le bonheur qui ne peut être sur terre, comme nous l'a dit la Très Ste Vierge MARIE. Le Bien-Aimé Benoît XVI nous dit avec raison que notre vie terrestre est un pèlerinage. Et nous sommes maintenant aidés en cela par la Passion du CHRIST Sauveur.

Malheureusement nos théologiens actuels, à la suite du Pape Jean-Paul II, nous disent que la religion chrétienne est d'abord une religion du corps dans sa chair, que toute l'essence de notre être est représenté par notre corps de chair. Pourquoi ne pas nous enseigner une théologie de l'âme et du salut ? Cette nouvelle théologie du corps , qui dégénère jusqu'à nous enseigner que la sexualité et le plaisir sexuel "mènent à la sainteté" chez les couples mariés et que la résurrection se fera dans un corps de chair sexué (lire la rubrique chasteté-pureté) est une erreur et une idolâtrie... On se demande pourquoi l'on a une âme et un esprit... Et contrairement à cette "nouvelle théologie du corps dans la chair" et sans être manichéiste, on peut dire que notre corps n'est rien d'autre pour l'instant que le manteau de l'âme et de l'esprit sur terre ; il leur donne une apparence visible et palpable dans ce monde du visible, lors de notre incarnation, pour qu'ils y subissent les épreuves qui doivent leur permettre, éventuellement, de s'affiner et de s'élever vers DIEU ; en cette vie présente. notre corps mortel semble n'avoir qu'une importance relative ; il doit être "entretenu" le mieux possible, respecté, notamment par une vie saine, raisonnable, soumise à DIEU et ceci, de la naissance à la mort. Et c'est la pourriture qui attend ce corps de chair, rien d'autre ! Beaucoup de Saints d'ailleurs étaient souvent pressés de se "débarrasser" de leur corps pesant pour s'élever et rejoindre le SEIGNEUR... De plus, la chair peut être (ou même, est souvent !) une puissance des Ténèbres si elle n'est fermement maîtrisée par la pureté et la sainteté de l'esprit et du cœur, ce qui n'est pas souvent le cas !

Nous ne sommes pas "un corps", "Le Corps". Nous, c'est-à-dire notre esprit et notre âme, habitons (provisoirement) dans un corps de chair. Il est notre "habit" actuellement.

Alors qu'est-ce que la chair que l'on glorifie tant pour notre résurrection ? Le terme chair, par l'enseignement d'esprits égarés, n'est admis de nos jours qu'uniquement au second degré et pourquoi lit-on toujours la Bible au second, troisième ou enième degré et jamais au premier. Au premier degré le corps de chair est donc le corps animal formé d'os et de muscles comme l'a bien décrit Adam ( ....Voici cette fois l'os de mes os et la chair de ma chair ) et comme nous l'a dit St Paul I Corinthiens, 15, v. 39 ...Aucune chair n'est identique à une autre ; il y a une différence entre celle des hommes, des bêtes, des oiseaux, des poissons. Dans la Bible on parle donc bien de la chair en tant que corps d'os et de muscles, alors que l'on cesse de nous en parler au enième degré en tant que faiblesse humaine ou je ne sais quoi encore ! Cette chair est tirée de la poussière, de la matière, et y retournera pour toujours après la corruption et la pourriture. Pourquoi quelque chose qui est destiné à la pourriture serait-il extrêmement précieux ? Le corps ressuscité du Christ justement, n'a pas connu la corruption du fait de sa Divinité et la résurrection de son corps de chair dans le Monde visible est très particulier et divin ; elle n'a rien à voir avec la résurrection des créatures et a eu lieu pour notre compréhension de la survivance de l'Esprit et de l'Ame (lire la Résurrection de JESUS).
La chair en tant que muscles et os ne reprends pas vie dans l'Univers invisible
I Corinthiens, 15, v. 49 et 50 ....Et de même que nous avons été à l'image de l'homme terrestre, nous serons aussi à l'image de l'homme céleste. Voici ce que j'affirme, frères : la chair et le sang ne peuvent hériter du Royaume de Dieu, ni la corruption hériter de l'incorruptibilité ; nous devons penser comme Saint Paul, qu'il n'y a pas et qu'il n'y aura jamais de résurrection de la chair en tant qu'os et muscles dans le monde invisible. Elle ne peut être possible qu'ici bas.

Alors pourquoi donne-t-on tant d'importance à la chair de nos jours ? Pourtant elle ne semble rien avoir de commun, ou pas grand chose, avec l'Univers Invisible de l'Esprit, celui où nous sommes appelés après notre mort, près de DIEU ou éloignés, et comme "des anges" et des "esprits"... (1)

St Jean de Dieu ...Il nous faut sortir du triangle infernal ..monde ...chair ...démon.
Genèse, 6
, v. 3
Le SEIGNEUR dit : " Mon Esprit ne dirigera pas toujours l'homme, étant donné ses erreurs : il n'est que chair et ses jours seront de 120 ans. "
Psaume 78
Souvent il retint sa colère, il ne réveilla pas toute sa fureur, se souvenant qu'ils n'étaient que chair, un souffle qui s'en va sans retour.....

Ces "que chair" semble indiquer le "peu d'importance" de la chair d'ici-bas pour DIEU malgré le fait que nous soyons "à son image". La chair, dans "l'homme à l'image de DIEU" apparaît comme vraiment secondaire.
St Jean, 1, v. 14 ...Le Verbe s'est fait chair. Avant son Incarnation, le Christ, Pur Esprit Divin, n'avait rien à voir avec la chair, il a dû s'abaisser par amour pour la prendre sur Lui, c'est-à-dire se recouvrir de notre déchéance par la chute dans cette chair du visible, pour venir à nous....

St Luc, 9, v. 28 à 33 ...Or, environ huit jours après ces paroles, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques et monta sur la montagne pour prier. Pendant qu'il priait, l'aspect de son visage changea et son vêtement devint d'une blancheur éclatante. Et voici que deux hommes s'entretenaient avec lui ; c'étaient Moïse et Élie ; apparus en gloire, ils parlaient de son départ qui allait s'accomplir à Jérusalem. Pierre et ses compagnons étaient écrasés de sommeil ; mais, s'étant réveillés, ils virent la gloire de Jésus et les deux hommes qui se tenaient avec lui. Or comme ceux-ci se séparaient de Jésus, Pierre lui dit : "Maître, il est bon que nous soyons ici ; dressons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, une pour Élie." Il ne savait pas ce qu'il disait. Il est à noter qu'Elie et Moïse apparaissent dans la gloire (en Esprit) et non dans la chair.

DIEU le Père dans son "Dialogue" avec Ste Catherine de Sienne, Dr de l'Église, lui dit : "J'ai créé l'âme à mon image et ressemblance, par le fait que je lui ai donné la mémoire, l'intelligence et la volonté. L'intelligence est la plus noble partie de l'âme." Quel rapport avec la chair du corps et même nos organes génitaux, tant à la mode actuellement, même dans l'Église ? Quelle erreur que de s'intéresser tant au corps et à sa chair et si peu à l'âme et à son salut ! Le salut est dans l'âme uniquement, pas dans le corps !

DIEU lui dit également : "...En créant l'âme à mon image et ressemblance, en l'élevant à une si haute dignité, en l'ornant de tant de beauté, je l'ai associée en même temps à la chose la plus vile qui se puisse voir, en lui imposant cette loi perverse, en la liant à un corps formé de la fange de la terre, afin que la vue de sa beauté ne lui fit point dresser la tête, orgueilleusement, contre Moi. Pour qui possède cette lumière, la fragilité du corps inspire donc à l'âme l'humilité : elle n'a pas de motif de s'enorgueillir, tu le vois, mais bien plutôt de concevoir une vraie et parfaite humilité."

Sans commentaire sur la glorification du corps ! Et quand l'âme se trouvera réunie à la fin des Temps, lors du Jugement Général à un corps, ce sera un corps glorieux éthéré, possédant les vertus divines de l'âme, comme déjà dit plus haut.

Et Il lui dit encore : "......la troisième raison est, qu'étant Moi-même invisible (dans l'Univers invisible), je ne puis être vu de vous qui êtes visibles (dans l'Univers visible), tant que vous ne serez pas séparés de vos corps (la chair ne peut entrer dans l'Univers invisible, l'Univers divin de l'esprit). Alors vous me verrez, Moi votre Dieu, face à face, et le Verbe, mon Fils unique, intellectuellement (en esprit), jusqu'au moment de la Résurrection générale où votre humanité deviendra conforme et s'unira à l'humanité du Verbe." Au moment de la Résurrection générale, notre humanité va totalement changer, ce ne sera donc plus "la chair" mais un tout autre "corps" glorieux, éthéré, conforme alors au Monde invisible de l'Esprit et du Divin, ayant la faculté de pouvoir voir DIEU face à face (pour les élus.... les autres ne verront jamais DIEU une fois jugés et ce sera leur terrible souffrance éternelle.....)

Lire également plus bas, en ce qui concerne la chair du corps, le passage particulier concernant l'âme, l'esprit et le corps.....

La résurrection est le retour à la vie après la mort et Jésus est venu nous prouver, par la résurrection divine de Son corps dans l'univers du visible, la seule tangible, visible, palpable pour les hommes, que la Résurrection, c'est-à-dire la vie après la mort, était réelle...
St Jean, 11
, v. 23 à 26
Jésus lui dit : " Ton frère ressuscitera ", " Je sais, répondit-elle, qu'il ressuscitera lors de la résurrection au dernier jour " Jésus lui dit : " Je suis la Résurrection et la Vie..... " Jésus nous parle de " Résurrection en la Vie éternelle ", pas de la résurrection des corps de cette chair terrestre formée de la fange de la terre et St Paul également nous affirme qu'il ne peut y avoir résurrection de la chair au Ciel, comme déjà cité ci-dessus dans I Corinthiens, 15, v. 49 et 50

L'âme et l'esprit quittent le corps mortel, son "manteau", dès la mort terrestre et retrouve immédiatement la vie dans l'au-delà, soit en attente de jugement et en gardant ou en retrouvant toute sa lucidité, soit dans la souffrance. C'est donc déjà une "résurrection", un retour, une renaissance, que le passage de la vie terrestre à une autre vie, via la mort du corps physique. On peut également ressusciter sur terre, revenir de l'autre vie, dans la même personne, le même corps, sur décret divin uniquement, comme par exemple Lazare, l'ami de Jésus, ainsi que tous ceux que Jésus et les Apôtres ont ramené à la vie terrestre dans leur corps d'origine, c'est la résurrection de la chair, obligatoirement dans le Monde visible et elle est très rare....
La résurrection du corps de chair, ne peut se faire que sur terre, dans le monde visible et physique, dans le monde matériel. D'ailleurs Jésus s'est montré ainsi aux Apôtres, sur terre c'est à dire hors de la sphère céleste, du Ciel , avant son Ascension et a demandé à St Thomas de mettre ses doigts sur ses plaies. A son Ascension Jésus est remonté près du Père, tout en haut de la sphère céleste, là où le corps physique n'a plus lieu d'être, où l'on est " esprit " comme les Anges (1) et personne depuis ne l'a revu dans l'Univers invisible où il peut se montrer sous la forme qu'Il désire, étant DIEU .....Ah, mais si, St Jean l'a revu, et nous l'a expliqué dans l'
Apocalypse :
...Je vis quelqu'un qui semblait un fils d'homme. Il était vêtu d'une longue robe, une ceinture d'or lui serrait la poitrine ; sa tête et ses cheveux étaient blancs comme laine blanche, comme neige et ses yeux étaient comme une flamme ardente ; ses pieds semblaient d'un bronze précieux, purifié au creuset et sa voix était comme la voix des océans .... son visage resplendissait, tel le soleil dans tout son éclat... et aussi ...Alors je vis : au milieu du trône et des quatre animaux, au milieu des anciens, un agneau se dressait, qui semblait immolé. Il avait sept cornes et sept yeux qui sont les sept esprits de Dieu envoyés sur toute la terre... etc...
DIEU Esprit se montre à nous selon l'apparence qu'Il lui plaît
, selon le moment, le but et sous des formes que nous n'imaginons même pas ; pour moi, par exemple, en vision, comme un feu rougeâtre couvant sous la cendre mais rayonnant une puissance et une force extraordinaire et inexprimable hors de la vision. Alors que penser de la nouvelle "théologie du corps" et de la "résurrection dans la chair et avec nos organes sexuels dans la ressemblance de DIEU" que l'Église nous enseigne maintenant ?

Au Ciel, dans le Monde de l'esprit, plus de corps de chair ! Heureusement pour les âmes éternelles ! Qu' y ferait-elles, pour toujours et à jamais dans l'éternité, avec leurs corps déformés par l'âge, la maladie, les accidents ? Certains nous disent que l'on retrouvera un corps âgé d'environ 33 ans comme celui du SEIGNEUR, mais alors les âmes des nourrissons, et les millions de bébés avortés de façon industrielle et jetés à la poubelle, et tous ceux qui ont détruit toute trace de leur corps en se faisant incinérer et disperser leurs cendres, etc... quel corps auraient-elles toutes ces âmes ? Pour l'éternité le Ciel serait peuplé de corps de nourrissons, de vieillards, de handicapés, d'obèses, d'estropiés, d'accidentés de la route, de bébés-poubelle avortés, etc ? Et où seraient alors et à quoi serviraient nos "corps" spirituels et glorieux, éthérés comme l'esprit ?

(1) Définition de la nature des Anges par l'Église Catholique : Les Anges sont des créatures purement spirituelles, incorporelles, invisibles et immortelles ; ce sont des êtres personnels doués d'intelligence et de volonté. Contemplant sans cesse Dieu face à face, ils le glorifient.... Aucun rapport, même lointain, avec la théologie du Corps de chair sexué comme les Anges ! Pas de corps au Ciel ! Et aussi combien d'entre nous seront-ils assez purs et pourront-ils contempler DIEU face à face et Le glorifier ? En tout cas aucun de ceux qui L'ont ignoré ou même simplement mal aimé ou mal servi toute leur vie et qui ne se seront pas sincèrement et profondément repenti avant la mort ! (encore faut-il qu'ils ne connaissent pas une mort brutale et imprévue qui est une catastrophe effroyable pour quelqu'un qui n'est pas prêt à être jugé par le Créateur....)

I Corinthiens, 15, v. 44 ... semé corps animal, on ressuscite corps spirituel. S'il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel. Romains, VIII, v. 11 ...Et si l'Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, Celui qui a ressuscité Jésus Christ d'entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels, par son Esprit qui habite en vous St Paul ne parle pas de la résurrection de la chair du corps animal mais du corps spirituel, glorieux, qui est une nouvelle apparence de l'esprit et de l'âme.

La Genèse selon les visions de la Bienheureuse Anne Catherine Emmerich ...... De leurs mains et de leurs pieds je vis jaillir des rayons lumineux Leurs cheveux retombaient de la tête en cinq mèches lumineuses, deux à partir des tempes, deux derrière les oreilles et une de l'arrière de la tête .... J'ai vu les mèches lumineuses, rayons sur la tête d'Adam, comme sa plénitude, son auréole, l'achèvement des autres rayonnements ; et cette auréole retrouve sa place sur les âmes et les corps glorieux (c'est-à-dire l'âme, ainsi que l'esprit ou corps spirituel et glorieux que nous possédons tous et qui est dissocié définitivement du corps de chair à notre mort terrestre...)

Et Jésus nous a bien dit que nous n'aurons plus la même apparence lors de la "résurrection" !

St Marc, 12, v. 23 à 27 ...A la résurrection, quand ils ressusciteront, duquel d'entre eux sera-t-elle la femme, puisque les sept l'ont eue pour femme ? Jésus leur dit : "N'est-ce point parce que vous ne connaissez ni les Ecritures ni la puissance de DIEU que vous êtes dans l'erreur ? En effet, quand on ressuscite d'entre les morts, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme des anges dans les cieux. Quant au fait que les morts doivent ressusciter, n'avez-vous pas lu dans le livre de Moïse, au récit du buisson ardent, comment DIEU lui a dit : "Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob ?" Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous êtes complètement dans l'erreur." Paroles très importantes de Notre SEIGNEUR :

1) Dès notre mort terrestre, immédiatement après notre dernier souffle ici-bas, nous ne sommes pas mort mais toujours bien vivants.

2) Etant toujours bien vivants, nous le sommes avec toutes nos facultés intellectuelles, mais comme le corps de chair devenu inutile est resté et livré à la pourriture et que nous en sommes enfin débarrassé, nous sommes "comme des anges dans les cieux", sous forme d'esprits, l'esprit contenant l'âme. De plus, il n'y a plus de famille humaine terrestre, ni femmes ni maris ni enfants et encore moins de sexualité. Le SEIGNEUR n'en dit pas plus sur notre position qui suit le Jugement personnel jusqu'au Jugement dernier, mais nous ne sommes plus "en famille" comme sur terre, c'est la vérité. Nous sommes alors dans l'Univers invisible, le monde de l'esprit et chacun dans "sa sphère", celle que sa conduite lui a réservée.

Dès le Jugement personnel qui suit de peu la mort, nous sommes donc placés dans un état et un lieu en rapport avec nos mérites et notre élévation vers DIEU durant notre incarnation. Rien à voir avec notre situation d'ici-bas ! Alors il peut y avoir de grandes joies, mais aussi et surtout pour beaucoup, des "pleurs et des grincements de dents"...... C'est seulement après le Jugement dernier, à la Fin des Temps, que sera prononcée ou non par DIEU, la seconde mort, la mort définitive et irrémédiable. Cette seconde mort est terrible, car les âmes condamnées connaîtrons le bonheur inouï et la divine Félicité céleste réservés aux bienheureux et aux saints, ce sera affreux pour elles......

C'est le contraire de la théologie du corps... Pourtant le Pape Jean-Paul II nous a enseigné que notre corps terrestre ressuscitera au Ciel, par anthropomorphisme même, qu'il sera bien réel, même s'il est "comme les anges", et qu'en plus il sera de chair et sexué, il a été affirmatif sur ce point, nous dit-on.... Lire la rubrique Chasteté-Pureté. Pourquoi enseigner cette ineptie, à quoi cela servira-t-il d'être sexué et en plus comme les anges ? Nous devrions donc vivre dans le monde invisible pour l'éternité, avec nos corps terrestres redevenus chair, aussi je me demande, comme je l'ai déjà dit plus haut, comment serons les tous les petits enfants morts très jeunes, voire les nourrissons, voire les centaines de milliers ou en réalité les millions d'êtres arrachés au sein la mère avant leur naissance et jetés à la poubelle par commodité (lire l'avortement)

Jérémie, 1, v. 4 et 5 La parole du SEIGNEUR s'adressa à moi : "Avant de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu ne sortes de son ventre, je t'ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations."

Psaume 139, v. 13 et 14 ...C'est toi qui a créé mes reins ; tu m'abritais dans le sein maternel. Je confesse que je suis une vraie merveille, tes œuvres sont prodigieuses...
Et comme déjà dit, St Paul, lui, nous affirme en 
I Corinthiens, 15, v. 49 et 50 ....Et de même que nous avons été à l'image de l'homme terrestre, nous serons aussi à l'image de l'homme céleste. Voici ce que j'affirme, frères : la chair et le sang ne peuvent hériter du Royaume de Dieu, ni la corruption hériter de l'incorruptibilité.

Le corps glorieux n'a rien à voir avec la chair...... Et Anne-Catherine Emmerich a vu le SEIGNEUR ressuscité se présentant à sa Sainte Mère avec son Corps glorieux et lumineux ne présentant pas les stigmates...... Mais dans l'univers visible, le SEIGNEUR peut aussi montrer son corps de chair avec les stigmates, tout comme la Très Sainte Vierge dont le corps n'a pas connu non plus la décomposition, contrairement à nous.....

Par contre c'est une vérité d'affirmer que le corps de chair est très important dans notre relation à DIEU pour la prière et la méditation. Il nous permet de communiquer humblement avec Lui, de prier et de recevoir ses grâces dans le recueillement, la prosternation, les agenouillements, les signes de la Croix. Qu'il est délicieux de prier le SEIGNEUR, de Lui parler allongé sur le sol, les bras en Croix......

Le corps spirituel, "neutre" si je puis dire, c'est à dire l'esprit avec son âme, vient s'incarner, selon les conditions de la volonté divine, dans le corps d'un bébé en formation dans le ventre de sa maman, selon les caractéristiques de la chair choisie par DIEU, c'est-à-dire, selon les parents, en tant que garçon ou fille, de race blanche ou noire, grand ou petit, sain ou handicapé, riche ou pauvre, etc.... et à la mort du corps de chair, l'esprit quittera son enveloppe provisoire terrestre et retournera dans le monde invisible, sous la forme originelle de son corps spirituel "neutre", mais avec les caractéristiques bonnes ou mauvaises de sa conduite sur Terre et qui ont influé sur son âme et que DIEU juge alors..... Toutefois l'esprit peut, en quelque sorte, "projeter" une image de lui sous son apparence terrestre, c'est-à-dire qu'il peut être reconnu, mais en esprit seulement. En effet, sur terre, lorsque DIEU nous donne une vision, les yeux fermés ou dans le noir, nous voyons parfaitement mais "en esprit" ; par conséquent, dans l'univers invisible les âmes, les esprits se "voient" immatériellement, en esprit, mais ils ne voient pas de corps réellement physiques. Et effectivement, comme nous l'a enseigné Notre SEIGNEUR, il n'y a plus ni femme, ni mari, ni enfants au sens d'êtres humains dans l'univers invisible mais des êtres "comme des Anges" !

Le racisme est donc une aberration terrestre puisque notre apparence actuelle à tous ici-bas n'est que provisoire ! L'âme, l'essence et le Principe même de notre être,  n'a pas de couleur de peau !
Comme nous a dit la très Sainte Religieuse Mère Yvonne-Aimée de Jésus (dont le dossier de canonisation bloqué au Vatican, et contrairement à celui de Ste Faustine, n'a pas été rouvert par Jean-Paul II). Que de surprises dans l'Au-delà pour beaucoup et malheureusement, de pleurs et de grincements de dents, comme nous l'a dit notre doux et merveilleux Jésus. Et tout ceci n'a rien à voir avec le spiritisme qui est heureusement interdit par l'Église et qui ne peut amener que déception ou malheur puisque nous sommes entourés d'esprits mauvais (mais qui sont eux aussi "comme les anges", sans corps de chair) dans les ténèbres du royaume de Satan où nous nous trouvons actuellement.

Des visions de la Bienheureuse Anne Catherine Emmerich dans la page Genèse : ....Et au même moment, je vis tous ces Esprits précipités vers l'abîme et s'obscurcissant, tandis que les autres Esprits s'écartaient d'eux et évoluaient de façon à combler leurs rangs, qui étaient plus petits .... Lorsque ces Esprits furent précipités vers l'abîme, je vis apparaître en bas, un disque de ténèbres qui me sembla devoir constituer leur séjour, et je compris que leur chute était irrémissible. Mais l'espace qu'ils occupaient à présent en bas était bien plus restreint que celui qu'ils avaient eu en partage en haut, si bien qu'ils apparaissaient étroitement serrés les uns contre les autres. Depuis que, petite enfant, j'avais vu cette chute des Esprits, j'étais effrayée jour et nuit par leur action, et je me disais qu'ils devaient faire beaucoup de mal à la terre : ils sont toujours autour d'elle ; il est heureux qu'ils n'aient pas de corps, sinon ils obscurciraient le soleil et on les verrait planer devant lui comme des nuées, ce serait épouvantable. ......Si les mauvais esprits n'ont pas de corps, les bons non plus puisqu'ils sont "comme les anges".....

Dans l'Univers Invisible en attendant le Jugement Général c'est donc bien l'âme, dans le corps spirituel qui vit....
Apocalypse, 6
, v. 9 à 11
....Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu.
20, v. 4b à 6a
...Je vis aussi les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et de la parole de Dieu, et ceux qui n'avaient pas adoré la bête ni son image et n'avaient pas reçu la marque sur le front ni sur la main. Ils revinrent à la vie et régnèrent avec le Christ pendant mille ans. Les autres morts ne revinrent pas à la vie avant l'accomplissement des mille ans. C'est la première résurrection. Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection. Sur eux la seconde mort n'a pas d'emprise.
v. 12 à 14
...Et je vis les morts, les grands et les petits, debout devant le trône, et des livres furent ouverts. Un autre livre fut ouvert : le livre de la vie, et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d'après ce qui était écrit dans les livres. La mer rendit ses morts, la mort et l'Hadès rendirent leurs morts, et chacun fut jugé selon ses œuvres. Alors la mort et l'Hadès furent précipités dans l'étang de feu. L'étang de feu, voilà la seconde mort ! St Jean nous parle ici des âmes des morts, pas des corps de chair des morts. lire La Mort .

Anne Catherine Emmerich, la Descente aux enfers : Je le vis (Jésus) avec elles visitant sous la terre les tombeaux de plusieurs prophètes dont les âmes vinrent se joindre à lui, près de leurs ossements (le corps physique de chair ici ne ressuscite pas... les ossements restent). Puis, avec cette troupe élue, dont David faisait partie, je le vis paraître en plusieurs lieux marqués par quelque circonstance de sa vie, leur expliquant avec un amour ineffable les figures de l'ancienne loi et leur accomplissement. J'étais singulièrement touchée de voir l'âme du Seigneur, accompagnée de ces âmes bienheureuses, passer comme un rayon de lumière à travers la terre, les rochers, les eaux et les airs, ou planer doucement sur la terre (aucun rapport avec la résurrection du corps de chair, c'est bien la résurrection de l'âme, de l'esprit, "comme les anges".)

Il faudrait déjà savoir ce qu'est "être au Ciel" (2). Car si tous devraient être sauvés, en réalité peu le seront nous a dit le CHRIST, car la porte est étroite et beaucoup qui voudrons entrer ne le pourront pas. Après la mort, on passe de suite dans le voile, dans le monde invisible, mais ce n'est pas la Félicité Céleste comme on aime à nous le faire croire constamment ! Ce n'est pas le "Ciel" ! (Lire un extrait des visions de Marie d'Agreda en bas de la page concernant la Mort ) Pourtant on nous rabâche que tout le monde est sauvé et près de DIEU sitôt la mort !

(2) La Jérusalem Céleste dans les visions d' Anne Catherine Emmerich ....La céleste Jérusalem m'apparaît ordinairement comme une ville où les demeures des Bienheureux se montrent sous la figure de palais et de jardins pleins de fleurs et de fruits merveilleux selon leurs conditions de béatitude...... Dans le séjour des Bienheureux, tout est formé selon des rapports de paix infinie, d'harmonie éternelle : tout a la béatitude pour source et pour base, tandis qu'en enfer tout se trouve dans des rapports de colère éternelle, de discorde et de désespoir. Dans le ciel, ce sont des édifices de joie et d'adoration, des jardins pleins de fruits merveilleux qui communiquent la vie. En enfer, ce sont des cachots et des cavernes, des déserts et des marais pleins de tout ce qui peut exciter l'horreur et le dégoût ........... Je vis des troupes innombrables d'âmes rachetées s'élever du purgatoire et des limbes à la suite de l'âme de Jésus, jusqu'en un lieu de délices, au-dessous de la céleste Jérusalem. C'est là que j'ai vu, il y a peu de temps, un de mes amis décédé. L'âme du bon larron y vint et vis le Seigneur dans le paradis, selon sa promesse. Je ne puis assigner à cela aucun temps ni aucune durée : il y a bien des choses que je ne comprends plus, il y en a d'autres qui seraient mal entendues si je les racontaient. Noter que le " Ciel ", le " Paradis " se trouve au-dessous de la Jérusalem Céleste, qui semble, elle, réservée aux Saints, aux Justes, aux élus de DIEU..... Mais la Jérusalem Céleste est-elle dans l'Univers Visible ou Invisible ? Lire les pages Descente aux Enfers et la Jérusalem Céleste

Le Symbole de Nicée Constantinople nous dit :" J'attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir", c'est vrai effectivement, mais le Symbole des Apôtres, lui, nous dit :" Je crois ...... à la résurrection de la chair, à la vie éternelle." Je pense qu'il faut dire tout simplement en vérité " Je crois à la résurrection en la vie éternelle." Et à la fin des Temps, après le Jugement Final, nous verrons bien, selon que nous serons dans l'Univers Invisible ou Visible !

MON EXPÉRIENCE

Je dois maintenant parler d'une expérience que DIEU m'a faite connaître il y a de nombreuses années, et bien avant que je sache que j'allais me lancer dans toutes ces méditations avec Lui et surtout que je serais obligé de créer un site sur Internet Je dis bien "obligé", car j'ai retardé tant que j'ai pu cette mission et ai été rappelé fermement à l'ordre pour m'y résoudre enfin.

Je pensais pouvoir toujours taire et cacher ce fait qui risque plus de me nuire que de me rendre crédible, mais je n'ai plus le choix et je comprends maintenant la volonté et le dessein de DIEU. Je m'y soumets donc. Cette expérience a été très importante pour moi et elle l'est pour nous tous.
Un après-midi de forte chaleur, alors que je m'étais allongé sur mon canapé pour me reposer et que je pensais à des choses sans importance, je suis sorti de mon corps brutalement et me suis retrouvé allongé de même, je suppose, mais immobilisé dans le noir absolu et le silence total. Mais en "sortant de mon corps" j'ai senti très nettement et sèchement mes talons frapper ma nuque (j'ai gardé cette impression très nette de ce choc plusieurs semaines !). Là où je me trouvais dans le noir, j'étais toujours "bien moi", avec mon esprit intact et je cherchais à comprendre ce qui se passait. J'avais tout mon esprit, mon conscient et je n'avais pourtant plus rien, mais alors plus rien à voir avec mon corps physique, resté sur le canapé je suppose. Brutalement je me suis retrouvé, toujours dans le noir profond et le silence total, en hauteur et un peu en retrait, au-dessus d'un paysage urbain terrestre, éclairé par un fort soleil. J'ai eu l'impression à cet instant de perdre l'équilibre et j'ai fait tournoyer "mes bras" ou ce qui en tenait lieu et que je ne voyais pas, pour rétablir mon équilibre. Peut-être aussi n'avais-je pas du tout de bras mais mon esprit s'imaginait encore avoir un corps de chair, je ne peux préciser. Je n'ai pas ressenti la présence de jambes ou leur absence ni celle d'une surface d'appui quelconque.

Je me suis retrouvé ensuite aussitôt en pleine lumière sur mon canapé, dans mon corps physique, comme au départ et cette fois-ci sans rien ressentir du tout de particulier de "mon retour", physiquement parlant. Je ne sais pas combien de minutes ou de secondes cela a pu durer. Cela ne s'est jamais reproduit, mais le choc de mes talons sur ma nuque m'a toujours profondément marqué ! J'ai essayé d'en parler autour de moi et, devant les réactions, je me suis décidé de me taire ! Pourtant ce n'est pas par simple curiosité que cette expérience m'a été montrée et ce n'est pas la volonté du SEIGNEUR que je me taise maintenant. Evidemment, inutile de préciser que je ne dormais pas, je n'étais pas en méditation "transcendantale", ni même en prière et cela s'est produit "à mon corps défendant", car j'ai été surpris, pour ne pas dire angoissé ! Se retrouver parfaitement conscient dans le noir total et le silence absolu sans pouvoir bouger du tout, en une fraction de seconde, cela déroute, c'est le moins que l'on puisse dire... Je n'ai jamais pratiqué quoi que ce soit qui aurait pu provoquer ce qui m'est arrivé, car j'ai appris plus tard que certains "le pratiquaient" ou cherchaient à le pratiquer, paraît-il. Moi non ! J'attends ma mort et je sais que cela recommencera alors, forcément. Deux fois cela me suffira, à moins que DIEU en décide autrement.... Je ne peux pas prouver ce qui m'est arrivé, mais c'est mon devoir de le faire savoir, et puis l'ironie voire le mépris glissent sur moi maintenant.

Et je me souviens de St Paul, qui, lui, a bénéficié d'une merveilleuse expérience digne, elle, de sa sainteté :
2 Corinthiens, 12
, v. 2 à 4
..." Je connais un homme (il parle de lui-même) qui, voici quatorze ans - était-ce dans son corps ? je ne sais, était-ce hors de son corps ? je ne sais, Dieu le sait - cet homme-là fut enlevé jusqu'au troisième ciel. Et je sais que cet homme - était-ce dans son corps ? était-ce sans son corps ? je ne sais, Dieu le sait - cet homme fut enlevé jusqu'au paradis et entendit des paroles inexprimables qu'il n'est pas permis à l'homme de redire. "
Dans ces expériences c'est l'âme dans le corps spirituel qui sort du corps animal bien sûr puisque le corps physique ne peut aller dans l'autre monde, l'invisible.

Méditations suite à cette expérience

Le SEIGNEUR m'a donc enseigné que le corps de chair, contrairement à la nouvelle théologie du corps à la mode, effectivement n'est rien, ou pas grand chose apparemment. Je sais formellement que j'étais sorti de mon corps de chair dans "mon esprit", mon "moi", qui est donc bien formé d'un corps spirituel ou d'une espèce de corps sans squelette ni chair, sinon je n'aurais pas senti mes talons heurter ma nuque ; toutefois je ne me suis pas vu, je n'ai vu aucune partie de mon être étant dans le noir absolu. Je sais aussi que je n'étais pas "mon âme", j'étais bien "mon esprit" qui continuait normalement à penser comme sur le canapé, ma volonté, mon être spirituel ; mon âme était ailleurs, cachée au plus profond de moi. Egalement, et sans pouvoir l'expliquer, je suis certain, bien que le cerveau du corps charnel ait une fonction bien étudiée, que je pense et j'agis avec mon esprit du corps spirituel ; je n'ai ressenti aucune différence dans mes pensées, mon intelligence, lorsque je me suis retrouvé hors de mon corps charnel, donc "sans cerveau" ; le cerveau serait en quelque sorte l'interface entre l'esprit et la chair, l'outil pour manœuvrer la chair. L'esprit, pendant l'incarnation est "soudé" au corps par le cerveau qui commande la chair et ne peut en être détaché que par la mort du corps, ou lors de "visions" ; certains prétendent qu'il soit possible aussi que cela puisse se produire pendant le sommeil. De même ma "vue" semblait normale, même meilleure, lors de l'apparition du paysage, et elle était donc à ce moment purement spirituelle comme une vision l'est dans le corps ici-bas malgré les yeux et le cerveau du corps de chair. Par contre, là où j'étais je ne pouvais fermer ni ouvrir "les yeux", on est receptif, passif, on n'intervient sur rien du tout....

En revenant dans mon corps de chair je ressentais toujours le choc des mes "talons" sur ma "nuque" qu'a ressenti mon corps spirituel, et cela m'a duré quelques jours, ce qui prouve que dans l'incarnation, l'esprit et la chair sont intimement liés, le corps spirituel ayant vraisemblablement la forme du corps de chair, mais de consistance éthérée et non visible (ce qui ne donne pas pour autant de l'importance à cette chair dénaturée issue de la déchéance qui a suivi la trahison du péché originel... lire Genèse dans les visions d'Anne Catherine Emmerich si ce n'est déjà fait).

Il est donc certain pour moi que notre esprit est constitué d'une sorte de corps spirituel, qui est esprit, pense, réfléchit et que l'âme créée pour nous à l'image de DIEU, se trouve en lui, créée à l'image de DIEU.

Quand je suis sorti de mon corps de chair, j'en serais donc sorti apparemment par le milieu, un peu comme un linge posé à plat sur une table, que l'on saisirait par le centre et que l'on tirerait sèchement, les deux bords externes venant se percuter, puis aurait repris sa forme horizontale ensuite. Pendant mon expérience je n'ai entendu aucun son, je n'ai ressenti aucune surface ou objet sur lequel je reposais ; de même je ne sais pas si je pouvais parler et je ne sais pas non plus d'ailleurs si l'on parle dans l'Univers invisible, et il est bien possible que l'on ne s'exprime que par la pensée qui est d'ailleurs bien suffisante pour communiquer normalement et qui de plus empêche de mentir puisque DIEU entend toutes nos pensées, même les plus ténues, les plus brèves, ainsi que tous nos désirs et souhaits, avouables ou inavouables.... Et quand DIEU nous "parle" ici-bas c'est bien en pensée, dans l'esprit.... Donc on peut parfaitement et totalement communiquer en esprit. Quand je me suis retrouvé en hauteur, près du paysage urbain, j'ai été surpris par la coupe nette et franche entre les ténèbres totales, d'un noir absolu, où je me trouvais et qui encerclaient ce paysage, et la forte lumière du jour, en plein soleil, qui éclairait cette scène. Les Univers invisible et visible, sont bien l'un à coté de l'autre ou plus exactement l'un dans l'autre...

Toute cette expérience me concernant s'est déroulée alors que je n'étais pas mort ni mourant ; mais d'autres personnes ont relaté, alors qu'elles étaient mourantes, être parties dans une espèce de tunnel. Effectivement c'est arrivé à la personne dont je parle dans ma page sur la mort et l'euthanasie. Elle s'est vue partir un jour dans un tunnel noir et gris, allongée et les bras en avant, et, ce qui l'a surpris le plus, c'est qu'elle était devenue toute fine et que ses deux mains, avant-bras, bras et coudes se touchaient parfaitement, sans espace !

L'âme, formée par la puissance divine à l'image de DIEU, ne peut pas commander directement le corps de chair. C'est l'esprit, le corps spirituel, qui "pilote" la chair au fur et à mesure de sa croissance, un peu comme procèderait un scaphandrier qui ne se rendrait pas compte qu'il est incorporé à un scaphandre (3)

I Corinthiens, 15, v. 44 ...semé corps animal, on ressuscite corps spirituel. S'il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel. Romains, 8, v.11 ... Et si l'Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, Celui qui a ressuscité Jésus Christ d'entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels, par son Esprit qui habite en vous ...St Paul ne semble pas parler de la résurrection de la chair du corps animal mortel mais du corps spirituel qui est la nouvelle vie de l'esprit et de l'âme dans un corps non mortel, du moins jusqu'au Jugement Dernier, avant la seconde Mort pour les réprouvés de DIEU. Je pense sincèrement que pendant cet évènement j'étais, en quelque sorte, déjà ressuscité dans l'Univers invisible, doué de la vie sous une autre forme, celle que l'on ne connaît qu'après la mort, j'en suis persuadé ; et c'est non seulement pour moi mais surtout pour vous tous, lecteurs, que DIEU a daigné me le montrer.

Je croyais auparavant à la résurrection en la vie éternelle bien évidemment, imprégné des paroles de notre SEIGNEUR et de Sa Résurrection, mais maintenant je sais en plus comment cela se passe et donc comment cela se passera, vraisemblablement, à mon trépas ; si j'étais mort pendant ma sieste, par une crise cardiaque par exemple, je sais que cela se serait déroulé ainsi je pense et je me serais retrouvé " déjà ressuscité en esprit à une vie nouvelle ", dans l'Univers invisible, immédiatement après mon dernier souffle. Ensuite, évidemment, je ne puis préciser comment les choses se seraient déroulées en attente du jugement de ma vie présente. Et je suis certain que pour beaucoup, immobilisés dans le noir et le silence, dans cet "au-delà" qui en fait rire beaucoup, doit déja commencer une réflexion intense, angoissante à l'extrême et peut-être même les pleurs et les grincements de dents dont nous a parlé plusieurs fois le SEIGNEUR. L'esprit doit alors "ruminer"sans arrêt. Ce doit être effectivement terrible pour un rebelle à DIEU, pour un non-préparé, de se retrouver dans cette situation de "Mort-Vie" que l'on a toujours niée, de ressasser son passé, ses erreurs, ses ignominies à DIEU et savoir en plus, que vos proches incroyants vous considèrent déjà comme n'étant plus rien du tout, inexistant pour toujours, un souvenir..... Et dans cette situation, quelque soit notre position sociale auparavant, ....plus aucun pouvoir ! ...pas d'avocat à payer, pas de copinage et de magouilles, pas de passe-droit, pas de coup de téléphone à passer ou à faire passer ...rien ....le noir , le silence et l'attente du premier Jugement, celui qui suit de près la mort !

Pour quelqu'un non préparé spirituellement, décédé de mort brutale et inattendue, soustrait à sa vie frivole, profane et rebelle à DIEU, trépidante et minutée, avec beaucoup de choses très importantes à faire absolument, soustrait à sa vie de famille, au conjoint, aux enfants, aux amis, à ses biens, etc, c'est une situation tout simplement et absolument effroyable et qui pourtant n'a rien à voir avec l'Enfer, qui, peut-être (probablement) les attend.... !

Et je suis au-dessous de la vérité puisque le Seigneur m'a dit, en ce qui concerne ces âmes : "Tu n'imagines même pas leurs souffrances.....! " 

Surtout que, rebelles à DIEU, dans une famille rebelle à DIEU, censés être devenu brutalement "plus rien du tout" ils n'auront pas la moindre prière d'aide et d'intercession, et aucune bonne pensée ne leur sera adressée d'ici-bas pour leur esprit et le repos de l'âme. L'horreur ! Alors cessons de dire "naïvement" le jour de l'enterrement (même si ces défunts "passent" malgré tout par l'Eglise) qu'ils sont déjà "maintenant en paix et heureux là-haut", comme nos Prêtres le font systématiquement et "naïvement"..... C'est pour cela qu'il est dit avec raison que la mort bien préparée spirituellement est une grâce de DIEU......

Actuellement la Très Sainte Vierge, malgré le fait qu'on nous enseigne diaboliquement que tout le monde est sauvé, est immensément triste devant l'égarement et la perte de beaucoup d'âmes, et, en 2008, Elle nous dit :
 "Si vous saviez combien d'âmes sont précipitées chaque jour en Enfer..."
On ne peut donc tous qu'être très tristes avec Elle.... et noter aussi que les âmes peuvent donc aller en Enfer dès le premier Jugement après la mort et avant le Jugement dernier de la Fin des Temps.

Il semblerait aussi que le corps spirituel, notre esprit, ne semble pas pouvoir être atteint par quoi que ce soit, qui altère physiquement le corps de chair. Il garde son intégrité, heureusement ! Après la mort, un handicapé devrait retrouver son "intégrité", un fou sa lucidité, un nourrisson le corps spirituel "adulte" qu'il possédait lors de son incarnation, tout comme ces millions de bébés avortés je suppose, ...etc ( lire la Resurrection de JESUS par la Bienheureuse Anne Catherine Emmerich où le SEIGNEUR, juste après sa mort présentait à sa Sainte Mère un corps glorieux lumineux sans les marques de la Passion et ceci avant les transformations exclusivement divines pour la résurrection de Son corps dans la chair pour Se montrer aux Apôtres et ainsi prouver la continuation de la vie après la mort, en tant que DIEU et pour notre enseignement sur la Vie éternelle.

Tout ceci est véridique, même si imprécis ou mal dit, et éclaire peut-être la résurrection à la Vie éternelle dans l'Univers invisible, "comme des anges". Et n'oublions pas que l'homme, ici-bas, n'est qu'un très modeste géniteur, on pourrait même dire très souvent un simple jouisseur, que seul DIEU donne vraiment la vie qui anime le corps de chair du bébé, même avant sa naissance ; Il est le PÈRE.

(3) Et l'on pourrait se poser la question : sommes-nous seuls dans, notre enveloppe corporelle, notre scaphandre ?
Actes, 16
, v. 18
...Et elle recommença pendant plusieurs jours (la jeune servante qui avait un esprit de divination). Excédé Paul finit par se retourner et dit à l'esprit : "Au nom de Jésus-Christ, je te l'ordonne : Sors de cette femme !" Et à l'instant même, l'esprit sortit....
Jean
, 13, v. 25 à 27a ....Se penchant alors vers la poitrine de Jésus, le disciple lui dit : "Seigneur, qui est-ce ?" Jésus répondit : "C'est celui à qui je donnerai la bouchée que je vais tremper." Sur ce, Jésus prit la bouchée qu'il avait trempée et il la donna à Judas Iscariote, fils de Simon. C'est à ce moment, alors qu'il lui avait offert cette bouchée, que Satan entra en Judas.

14, v. 30
"...Désormais, je ne m'entretiendrai plus guère avec vous, car le prince de ce monde vient. Certes, il n'a en moi aucune prise.... " et en nous, les créatures de l'an deux mille...? Jésus nous dit : il n'a en moi, pas il a sur moi ; ce qui indique que le Démon vient bien "en nous")
St Marc, 5
, v. 1 à 13
....Ils arrivèrent de l'autre coté de la mer, au pays des Géraséniens.Comme il descendait de la barque, un homme possédé d'un esprit impur vint aussitôt à sa rencontre, sortant des tombeaux. Il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus le lier, même avec une chaîne ..... Car Jésus lui disait : "Sors de cet homme, esprit impur !" Il l'interrogeait : "Quel est ton nom ?". Il lui répond : " Mon nom est Légion, car nous sommes nombreux " .... Les esprits impurs supplièrent Jésus en disant : "Envoie-nous dans les porcs pour que nous entrions en eux !"
16, v. 9
....Ressuscité le matin du premier jour de la semaine, Jésus apparut d'abord à Marie de Magdala, dont il avait chassé sept démons.
St Matthieu, 12
, v. 43 à 45
....Lorsque l'esprit impur est sorti d'un homme, il parcourt les régions arides en quête de repos, mais il n'en trouve pas. Alors il se dit : " Je vais retourner dans mon logis d'où je suis sorti ". A son arrivée il le trouve inoccupé, balayé, mis en ordre. Alors il va prendre avec lui sept autres esprits plus mauvais que lui, ils y entrent et s'y installent. Et le dernier état de cet homme devient pire que le premier....

C'est donc vérité que d'affirmer que des démons, des mauvais esprits, ou du moins certains d'entre eux, ne peuvent apparemment pas vivre errants mais seulement dans un être vivant ! A défaut d'humains ils préfèrent encore des animaux à l'errance ! Et s'ils peuvent manipuler à leur guise les animaux..... pourquoi pas les hommes tels ce démoniaque ? Les démons ou certains d'entre eux se plaisent très bien "en nous" et pas "à coté" ou "au-dessus", mais bien en nous....Effectivement, certaines personnes semblent être habitées par le Malin, le démon ; elles ont des conduites, un regard, des paroles ou des actes démoniaques (l'Église pratiquait l'exorcisme pour les personnes possédées, mais cela fait rire de nos jours et ceci s'est perdu ; lire le livre de François de Muizon - Les derniers exorcistes de l'Episcopat révèlent ! - Editions Filipacchi -1996) ; par contre, certaines autres personnes, peu nombreuses, semblent habitées par l'Esprit Saint ; elles confessent continuellement autour d'elles dans la pureté et la sainteté, notre SEIGNEUR JÉSUS- CHRIST ; elles ont le souci principal du salut des âmes dans la charité et de ne pas offenser DIEU.

On peut se poser aussi la question de savoir comment des mauvais esprits, des démons, "entrent en nous", jusqu'à être plusieurs et même très nombreux... Comment peuvent-ils prendre "les commandes" de notre être, ou nous imposer leur volonté ? Il semble bien que la seule réponse soit les faiblesses de notre esprit..... Si un démon parvient à entrer en nous et à persuader notre esprit de lui céder, c'est la "porte grande ouverte" aux autres et peut-être même est-il très difficile de la refermer ensuite, selon St Matthieu, 12 ci-dessus .... Rappelons-nous que le Christ nous a dit : "Je me tiendrai derrière la porte et si quelqu'un ouvre, j'entrerai et je prendrai la Cène avec lui et lui avec Moi..." Je pense qu'il peut aussi s'agir de la même "porte", la porte de notre être.... On l'ouvre à DIEU ou au démon ! La guérison ou la délivrance est-elle possible ? Elle n'est possible uniquement que par l'action divine, la Grâce de DIEU ! C'est pour cela que la première action du démon est de provoquer en nous le rejet de DIEU et par conséquent du salut ! Si la porte est fermée à DIEU, point de salut ! C'est pour cela que de nos jours on peut voir que peu seront sauvés, même si beaucoup de Prêtres nous enseignent le contraire..... !

St Jean, 11, v. 1 à 44 résumés...Il y avait un homme malade ; c'était Lazare de Béthanie, le village de Marie et de sa soeur Marthe. Il s'agit de cette même Marie qui avait oint le Seigneur d'une huile parfumée et lui avait essuyé les pieds avec ses cheveux ... dès qu'il l'apprit, Jésus dit : " Cette maladie n'aboutira pas à la mort, elle servira à la gloire de Dieu : c'est par elle que le Fils de Dieu doit être glorifié. " Or Jésus aimait Marthe et sa sœur et Lazare. Cependant, alors qu'il savait Lazare malade, il demeura deux jours encore à l'endroit où il se trouvait. (DIEU a décidé la mort de Lazare, ce n'est pas un hasard bien entendu, et il fallait que cela fut pour que le Fils puisse être glorifié et enseigner qu'il est, Lui seul, la Résurrection et la Vie ; de même que DIEU a décidé de la mort du Fils pour que les hommes puissent être sauvés, enfin ....certains) ... Après avoir prononcé ces paroles, il ajouta : "Notre ami Lazare est endormi mais je vais aller le réveiller" En fait Jésus parlait de la mort de Lazare, alors qu'ils se figuraient, eux, qu'il parlait de l'assoupissement du sommeil .... A son arrivée Jésus trouva Lazare au tombeau ; il y était depuis quatre jours déjà .... Jésus lui dit : "Ton frère ressuscitera" "Je sais, répondit-elle qu'il ressuscitera lors de la résurrection au dernier jour" Jésus lui dit : " je suis la Résurrection et la vie ; celui qui croit en moi, même s'il meurt vivra ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais " ( Jésus nous montre qu'il est déjà la Résurrection dès la mort et pas obligatoirement à la fin des temps, au "dernier jour" ) On ota donc la pierre du tombeau Alors Jésus leva les yeux et dit : " Père, je te rends grâce de ce que tu m'as exaucé " (c'est à dire, le temps étant venu, provoquer la mort de son ami Lazare pour montrer à la foule présente la gloire de DIEU dans la résurrection de son corps. De plus Jésus, fort peiné de la douleur des proches de Lazare jusqu'à en pleurer lui-même, puisqu'uni à notre humanité, était heureux de leur rendre leur frère) Ayant ainsi parlé, il cria d'une voix forte : "Lazare, sors !" Et celui qui avait été mort sortit, les pieds et les mains attachés par des bandes, et le visage enveloppé d'un linge..... Il s'agit bien, grâce à la brève mort de Lazare, de l'annonce pour les disciples de la Résurrection du SEIGNEUR après la Passion, qu'ils ne pouvaient encore connaître mais qu'ils devraient espérer avec certitude et confiance, le moment venu. Et si vous doutez encore, comme beaucoup à qui nos Prêtres égarés l'enseigne malheureusement, que DIEU peut "rappeler à Lui", c'est-à-dire" faire mourir", lisez, si cela n'est déjà fait, la page Témoignage - Mort .

St Matthieu, 22, v. 29 à 32 ...Jésus leur répondit : "Vous êtes dans l'erreur parce que vous ne connaissez ni les Ecritures ni la puissance de Dieu. A la résurrection, en effet, on ne prend ni femme ni mari ; mais on est comme des anges dans le ciel. Et pour ce qui est de la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu la parole que Dieu vous a dite : Je suis le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob ? Il n'est pas le dieu des morts mais des vivants." Après la mort terrestre on redevient immédiatement un esprit vivant dans le monde invisible comme "un ange dans le ciel". Mais toutes ces âmes de défunts, ces esprits, ne sont pas tous comme des "anges heureux" dans la paix et l'amour de DIEU. Car là commencent déjà les pleurs et les grincements de dents pour beaucoup !

27, v. 45 à 54 ...A partir de midi il y eut des ténèbres sur toute la terre jusqu'à trois heures. Vers trois heures, Jésus s'écria d'une voix forte : " Eli, Eli, lema sabaqthani ! " ..... Mais Jésus , criant de nouveau d'une voix forte, rendit l'esprit. Et voici que le voile du Sanctuaire se déchira en deux du haut en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent ; les tombeaux s'ouvrirent, les corps de nombreux saints défunts ressuscitèrent : sortis des tombeaux, après sa résurrection, ils entrèrent dans la ville sainte et apparurent à un grand nombre de gens. A la vue du tremblement de terre et de ce qui arrivait, le centurion et ceux qui avec lui gardaient Jésus , furent saisis d'une grande crainte et dirent : "Vraiment , celui-ci était Fils de Dieu !" A comparer avec les visions d'Anne Catherine Emmerich qui suivent.

Visions de la Bienheureuse Anne-Catherine Emmerich. Extrait de la Mort de JESUS ...Lorsque Jésus mourut, je vis son âme , semblable à une forme lumineuse, entrer en terre au pied de la croix, et avec elle une troupe brillante d'anges, parmi lesquels était Gabriel. Ces anges chassaient de la terre dans l'abîme une multitude de mauvais esprits .... Jésus envoya plusieurs âmes des limbes dans leurs corps, afin qu'elles effrayassent les impénitents et rendissent témoignage de lui .... Le tremblement de terre qui fendit la roche du Calvaire causa beaucoup d'écroulements, surtout à Jérusalem et dans la Palestine.....Cette terreur fut portée au plus haut degré quand les gens qui fuyaient en pleurant rencontrèrent sur leur chemin des morts ressuscités qui les avertissaient et les menaçaient. Dans le Temple, les princes des prêtres avaient repris le sacrifice interrompu par la frayeur qu'avaient répandue les ténèbres, et ils triomphaient du retour de la lumière, lorsque tout à coup le sol trembla, le bruit des murs qui s'écroulait et du voile du Temple qui se déchirait, frappa la foule d'une terreur muette ..... Il y eut bien une centaine de morts de toutes les époques qui parurent avec leur corps à Jérusalem et dans les environs. Tous les cadavres qui se montraient lorsque les tombeaux s'ouvrirent, ne ressuscitèrent pas. Ceux dont l'âme fut envoyée des limbes par Jésus se levèrent, découvrir leur visage et errèrent dans les rues comme s'ils n'eussent pas touché la terre (4). Ils entrèrent dans les maisons de leurs descendants et rendirent témoignage pour Jésus avec des paroles sévères contre ceux qui avaient pris part à la mort du Sauveur. Je les voyais aller par les rues, le plus souvent deux à deux : je ne voyais pas le mouvement de leurs pieds ; il semblait qu'ils planassent à fleur de terre. Ils étaient pâles ou jaunes et avaient de longues barbes ; leurs voix avaient un son étrange et inaccoutumé. Ils étaient ensevelis suivant l'usage qui régnait au moment de leur mort. Aux endroits où la sentence de mort de Jésus fut proclamée avant qu'on se mit en marche pour le Calvaire, ils s'arrêtèrent un moment et crièrent : "Gloire à Jésus et malheur à ses meurtriers !" Tout le monde tremblait et s'enfuyait : la terreur était grande dans la ville, et chacun se cachait dans les coins les plus obscurs de sa maison. Les morts rentrèrent dans leurs tombeaux vers quatre heures. Le sacrifice fut interrompu, la confusion se mit partout et peu de personnes mangèrent le soir l'agneau pascal.

(4) C'était donc le corps spirituel de ces âmes défuntes puisqu'il n'y avait pas de résurrection de la chair pour elles. Leur corps spirituel, leur esprit, devait donc avoir gardé plus ou moins l'apparence du corps de chair.

Beaucoup se demandent aussi ce qu'il pouvait y avoir avant d'être incarné et vivre notre vie actuelle, comme par exemple se le demandait St Augustin dans ses confessions : "Dis, Ô mon Dieu, à ton suppliant, dis, miséricordieux, à ton misérable, dis-moi si mon enfance succédait à une autre période déjà morte d'une vie personnelle ou simplement au temps que je passai dans le sein de ma mère ? De ce dernier, en effet, l'on m'a dit quelques petites choses et moi-même j'ai vu des femmes enceintes. Mais quoi donc, avant ce temps-là aussi, Ô ma douceur, Ô mon Dieu ? Ai-je été quelque part, ai-je été quelqu'un ?"


L'ÂME, l'ESPRIT et le CORPS

Comme nous l'a enseigné Sainte Thérèse d'Avila, l'âme n'est pas la pensée (l'esprit)

Ne nous laissons pas trop abuser par la nouvelle théologie du corps tant à la mode malheureusement dans l'Église actuelle. Nous ne sommes pas "un corps", "le corps". Nous, c'est-à-dire notre esprit et notre âme, habitons (provisoirement) dans la chair où nous sommes tombés suite au péché originel. Le corps est l'enveloppe actuelle de notre esprit et de notre âme dans le monde du visible.

Notre être ici-bas semble donc constitué de l'âme, de l'esprit qui est une espèce de corps spirituel, et du corps de chair. L'âme a été créée pure et divine à l'image de DIEU et se trouve au plus profond de notre être. Elle nous a été remise par DIEU et nous devons en prendre grand soin car nous serons jugés sur son état plus tard pour notre vie future.

1 Thessaloniciens, 5, v. 23 ...Que le Dieu de paix lui-même vous sanctifie totalement, et que votre esprit, votre âme et votre corps soient parfaitement gardés pour être irréprochables lors de la venue de notre Seigneur Jésus Christ.

Notre esprit, avec en lui, DIEU, reflété dans l'âme pure et divine, s'incarne dans notre corps de chair. L'esprit pense et agit selon son libre-arbitre tout au long de sa vie terrestre et contient en lui, l'âme, appelée quelquefois notre "bonne conscience" ......L'esprit ne peut être que le corps spirituel, celui avec lequel je suis sorti de mon corps de chair dans mon "expérience" décrite plus haut. L'esprit, qui gouverne la chair, peut donc agir en accord ou contre le respect dû à l'âme, donc à DIEU. L'âme est donc en même temps "notre conscience" et c'est elle qui parfois peut nous faire des reproches. Malade, dégénérée, elle fragilise également tout notre être. L'âme porte en elle la connaissance de DIEU (lire plus bas mon autre expérience...) et la conduite de notre esprit, de notre conscient, contraire aux volontés divines ne peut qu'entraîner des conflits, donc des désordres aussi bien psychiques que physiques.....

Il nous est dit dans la Genèse, 1, v. 26 et 27 ....Dieu dit : "Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance et qu'il soumette les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toute la terre et toutes les petites bêtes qui remuent sur la terre !" Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa ; mâle et femelle il les créa.

DIEU dans son long, précis et merveilleux "Dialogue" avec Ste Catherine de Sienne, Dr de l'Église, lors de ses extases, lui précise ce que fut cette création "à son image" : "J'ai créé l'âme à mon image et ressemblance, par le fait que je lui ai donné la mémoire, l'intelligence et la volonté. L'intelligence est la plus noble partie de l'âme." et aussi : "...Comme l'épouse qui met au monde un enfant vivant, le présente tout vivant à son époux, ainsi m'offrent-ils leurs œuvres de vie, à Moi qui suis l'époux de l'âme" C'est l'âme, pure et divine, qui a été créée à l'image de DIEU, pas le corps ni la chair ! même si un corps a été donné à Adam et Eve. Quelle erreur que de s'intéresser tant aujourd'hui au corps et à sa chair et si peu à l'âme et à son salut ! Le salut est bien dans l'âme seule !

St Matthieu, 16, v. 26 "...Et quel avantage l'homme aura-t-il à gagner le monde entier, s'il le paie de son âme ? Ou bien que donnera l'homme qui ait la valeur de son âme ?......"
C'est bien l'âme qui est importante... C'est notre âme qu'il nous faut sauver absolument.

De même DIEU, toujours dans "le Dialogue", lui dévoile les deux créations que sont l'âme et l'esprit : "Et quelle illusion ! Il serait impossible à l'âme de demeurer dans le même état. L'âme ne peut rester immobile dans la vertu : il faut qu'elle avance ou qu'elle recule. Et de même, l'esprit ne saurait se maintenir fixé en moi dans une unique jouissance, en sorte que ma bonté n'aie plus à lui en donner d'autre. Je la renouvelle au contraire et avec une grande variété. Tantôt je fais jouir de l'allégresse spirituelle ; tantôt j'inspire une douleur et un repentir qui ébranle l'esprit jusqu'au tréfond de lui-même ; parfois je serai dans l'âme et elle ne me sentira pas."

DIEU, au sujet de la chair et du corps, lui dit également : "..Or le corps, de soi, est chose morte, il n'a pas la vie en lui-même. La vie, il la tient de l'âme, il participe à la vie de l'âme, tant que l'âme habite en lui ; il la perd dès qu'il en est séparé..." et aussi "...En créant l'âme à mon image et ressemblance, en l'élevant à une si haute dignité, en l'ornant de tant de beauté, je l'ai associée en même temps à la chose la plus vile qui se puisse voir, en lui imposant cette loi perverse, en la liant à un corps formé de la fange de la terre, afin que la vue de sa beauté ne lui fit point dresser la tête, orgueilleusement, contre Moi. Pour qui possède cette lumière, la fragilité du corps inspire donc à l'âme l'humilité : elle n'a pas de motif de s'énorgueillir, tu le vois, mais bien plutôt de concevoir une vraie et parfaite humilité." Sans commentaire sur la glorification actuelle par l'Eglise du corps et de sa merveilleuse sexualité ! Et quand l'âme se trouvera réunie à la fin des Temps, lors du Jugement Général, à un corps, ce sera un corps glorieux éthéré, possédant les vertus divines de l'âme, comme cela nous est expliqué maintenant.

En effet, DIEU nous l'enseigne, toujours dans son "Dialogue", quant Il explique à Ste Catherine l'état des Elus bienheureux morts en plénitude d'amour avec Lui, avant le Jugement général : "Ils désirent aussi posséder à nouveau leur corps. Bien qu'ils ne le possèdent point actuellement, ils n'en éprouvent aucune affliction : ils en jouissent à l'avance, par la certitude qu'ils ont de l'obtenir un jour. Le fait de ne point l'avoir présentement, ne leur cause donc aucune tristesse, il ne diminue en rien leur béatitude, ils n'en ressentent aucune peine. Ne crois pas que la glorification du corps après la résurrection, accroisse la béatitude de l'âme..... Ce n'est pas le corps qui fait l'âme bienheureuse, c'est l'âme qui fait participer le corps à sa béatitude. C'est elle qui l'enrichira de sa propre abondance, lorsqu'au dernier jour elle se revêtira de sa propre chair qu'elle avait laissée comme une dépouille. Comme l'âme est immortelle, comme elle a été établie et fixée en moi, le corps, par cette union avec elle, devient immortel, il perd sa pesanteur pour devenir subtil et léger. Le corps glorifié, sache-le bien, passerait à travers un mur : ni le feu ni l'eau ont sur lui prise. Ce n'est pas là une vertu propre au corps, mais une vertu de l'âme, qui est un privilège de grâce...... Quelles délices pour eux, de me voir, Moi le Bien absolu ! Quelle joie quand ils posséderont leur corps glorifié ! (ce n'est donc plus de la "chair" qui ne peut, elle, voir DIEU face à face) Ce bonheur ils ne l'auront qu'au jugement général ; mais d'ici là, ils n'en ressentent aucune peine. Rien ne manque à leur béatitude : car l'âme elle-même est comblée et le corps ne fera que participer à cette plénitude, comme je t'ai dit." Ce texte glorifie l'âme. Ce sera donc un bonheur pour certains, peu nombreux, les élus bienheureux qui auront le privilège de cette grâce de retrouver leur corps mais dans la plénitude et la beauté de l'âme. C'est l'âme seule, dans sa beauté et sa pureté, dans son amour sans limite pour le Créateur, qui fera qu'elle retrouvera alors son corps éthéré et subtil, tout comme elle. La chair par elle-même, en est absente puisque c'est le monde de l'Esprit. Tout y est éthéré, subtil, impalpable. Bien sûr nulle question de sexualité dans ce corps glorieux dans la Pureté céleste, dans le monde de DIEU et des Anges ! Quant à ceux qui ne seront pas morts ici-bas dans la plénitude de la grâce et la pureté de l'âme........

Et DIEU dit également à Ste Catherine de Sienne : "Sais-tu en quoi consiste principalement la béatitude des bienheureux ? C'est d'avoir leur volonté toute remplie de ce qu'ils désirent. C'est Moi qu'ils désirent ; mais, en même temps qu'ils me désirent, ils me possèdent, ils me goûtent sans aucun obstacle, délivrés qu'ils sont du poids du corps dont la loi conspirait contre l'esprit. Le corps était un intermédiaire qui ne leur permettait pas de connaître parfaitement la vérité ; emprisonnés dans le corps, ils ne pouvaient me voir face à face. Mais depuis que l'âme n'est plus arrêtée par ce poids du corps, sa volonté est pleinement satisfaite : elle désire me voir, elle me voit, et dans cette vision consiste la béatitude."

Et encore : relatant le retour de l'âme de St Paul dans son corps après qu'il eut été ravi au ciel : "Quand il fut revenu à lui, revêtu de ce vêtement de Jésus-Christ crucifié, il lui sembla qu'il n'aimait plus que d'un amour imparfait, en comparaison de ce parfait amour qu'il avait goûté en moi et qu'il avait vu dans les Bienheureux séparés de leur corps. Le poids de son propre corps n'était plus à ses yeux qu'un obstacle à ce complet rassasiement du désir, que trouve l'âme après la mort. Si imparfaite et si faible lui paraissait sa mémoire ! Elle ne lui permettait pas de me retenir, de me recevoir, de me goûter avec cette plénitude que possèdenbt les saints séparés de leur corps ! Tant qu'il demeurait en ce corps mortel, tout dans ce corps lui semblait une loi mauvaise en lutte contre l'esprit. Cette opposition n'était pas celle du péché puisque je l'avais rassuré de ce coté quand je lui avait dit : Paul ma grâce te suffit. C'était cet obstacle apporté à la perfection de l'esprit, laquelle consite à pouvoir me contempler dans mon esssence. L'appesantissement du corps empêchant cette vision, Paul s'écriait donc : "O malheureux homme que je suis ! Qui me délivrera de ce corps mortel. Car dans tous mes membres je sens une loi qui m'enchaîne et qui est en opposition avec la loi de mon esprit ?" C'est l'exacte vérité. La mémoire, dépendante du corps, est amoindrie par cette servitude ; l'intelligence, entravée par son poids, ne peut me contempler tel que je suis dans mon essence. la volonté, comme enchaînée, ne peut s'unir à moi pour me goûter sans souffrance, comme je te l'ai fait comprendre. C'est donc bien avec raison que Paul se lamentait : J'ai dans mon corps une loi en révolte contre la loi de mon esprit. Pareils sont mes serviteurs, ceux que je t'ai montrés parvenus au troisième et quatrième état de l'union parfaite qu'ils ont contractée avec moi. Eux aussi, ils crient leur désir d'être délivrés de leur corps et de sentir enfin leurs liens brisés. Pour ces fidèles voués à mon service, la séparation du corps est sans angoisse, la mort sans amertume. Ils l'appellent de tout leur désir. Armés d'une sainte haine, c'est sans répit qu'ils ont mené rude guerre contre la chair, et ils ont perdu cette tendresse instinctive que l'âme érpouve pour son corps ; cet amour naturel ils l'ont vaincu par la haine de la vie corporelle, et leur amour pour moi leur fait demander à mourir : "Qui me délivrera, disent-ils, de ce corps de mort ? Je souhaite tant d'en être affranchi pour être avec le Christ !" Avec l'Apôtre ils s'écrient : "Mourir est ma grande ambition ! C'est par patience que je consens à vivre." Une fois élevée à cette parfaite union, l'âme n'a plus de désir que de me voir et de contempler ma gloire réalisée en toutes choses........" Et aussi, toujours en ce qui concerne l'âme : "Elle se délecte dans les peines et la mesure de ses peines est la mesure de sa joie. Plus elle est éprouvée par les tribulations, plus elle y trouve d'apaisement à son désir de mourir ; car souvent, le désir qu'elle a de souffrir adoucit la peine qu'elle ressent d'être enchaînée à son corps." Et encore : "Toute vision que l'âme reçoit pendant qu'elle est dans un corps mortel, n'en est pas moins ténèbres, comparée à la vision dont jouit l'âme séparée du corps." Nous ne devons donc pas glorifier ce corps de chair qui est un poids pour l'âme et totalement rédhibitoire après la mort ; le corps glorifié des Bienheureux, des élus, après le Jugement dernier général, lui, participera au plaisir de l'âme des élus, mais ne lui est pas absolument nécessaire. Toutefois, cela semble important, ce corps glorieux serait tributaire de l'ancien corps de chair, peut-être pour en conserver la forme, mais pas pour sa chair et encore moins pour sa sexualité....

Et Il lui dit encore : "......la troisième raison est, qu'étant Moi-même invisible (dans l'Univers invisible), je ne puis être vu de vous qui êtes visibles (dans l'Univers visible), tant que vous ne serez pas séparés de vos corps (la chair ne peut entrer dans l'Univers invisible, l'Univers divin de l'esprit). Alors vous me verrez, Moi votre Dieu, face à face, et le Verbe, mon Fils unique, intellectuellement (en esprit), jusqu'au moment de la Résurrection générale où votre humanité deviendra conforme et s'unira à l'humanité du Verbe." Au moment de la Résurrection générale, notre humanité va totalement changer, car l'humanité du Verbe n'est pas du tout notre humanité ; ce ne sera donc plus "la chair" mais un tout autre "corps" glorieux, éthéré, conforme alors au Monde invisible de l'Esprit et du Divin, ayant la faculté de pouvoir voir DIEU face à face (pour les élus.... les autres qui ne seront pas morts dans la plénitude de la grâce et de la pureté, ne verront jamais DIEU une fois jugés et ce sera leur terrible souffrance éternelle.....)

Le SEIGNEUR a dit aussi à Maria Valtorta : "...Car une seule chose est nécessaire : sauver son âme, même s'il faut perdre la vie de la chair pour obtenir la vie éternelle..."

L'impureté de l'âme m'a été montrée dans une vision : une âme pure m'est apparue sur deux mains qui la soutenaient et me la présentaient. Cette âme ressemblait à une espèce de très grosse fleur de lilas d'un blanc très pur, extrêmement lumineux, plutôt ovale et régulière. Puis sont apparues en elle, alors qu'elle n'avait pas du tout l'air translucide mais bien opaque, comme des espèces de fumées mouvantes grisâtres ou ocres, des vapeurs délétères plus ou moins foncées, qui ont commencé à l'envahir doucement depuis la périphérie, ternissant de plus en plus sa beauté, car pure, elle est splendide, rayonnante, lumineuse, éclatante..... Et ce spectacle de l'impureté grandissante de l'âme par ces espèces de nuages délétères qui l'envahissent est d'une tristesse infinie...... Et c'est ce qui se passe en elle chaque jour, pour la plupart d'entre nous, même catholiques, quand nous ne sommes plus des enfants obéissants, purs et sages aux yeux du Père, le TRÈS-HAUT.

En ce qui concerne le corps , l'esprit et l'âme, je dois également faire connaître une autre expérience très étrange, très surprenante que le SEIGNEUR m'a faite vivre et qu'Il me demande instamment de relater ....alors que je ne le voulais pas ! Il y a déjà longtemps, en vision j'ai vu et ressenti la "puissance cachée" de DIEU. Cela ressemblait à un feu caché qui couve sous la cendre mais il en émanait une puissance extraordinaire, quasiment impossible à décrire, digne de l'univers tout entier. J'étais comme écrasé par cette puissance invisible incommensurable. J'ai essayé de la représenter ici par une simple image ainsi. Mais c'est ce qui s'est passé ensuite qui a été encore plus surprenant pour moi, car, pendant que je pensais et essayais d'analyser la vision et que j'en étais quasiment paralysé, une "voix" en moi, venant du plus profond de moi et que je savais sans hésitation être "moi aussi", et sans que je le veuille du tout et même le pressente,  a "crié mentalement de toutes ses forces" brusquement : "JÉSUS, prends-moi !". Cela m'a marqué longtemps ce "moi intérieur" très fort qui s'est manifesté puissamment "par-dessus" mes pensées en cours et qui, apparemment, sentait la présence du SEIGNEUR et peut-être même Le voyait. Je n'en ai jamais parlé auparavant. Il me semble que pendant que mon esprit "pensait", ressentait et analysait la situation de la vision, mon âme, ce ne peut être qu'elle, a appelé le SEIGNEUR, a crié vers Lui dans un élan d'amour. Cela ne s'est jamais reproduit, tout comme mon expérience relatée plus haut, mais a suffi à me prouver l'importance extrême de l'âme sur l'esprit et d'autant plus, sur la chair ! Et comme l'a enseigné DIEU à Ste Catherine de Sienne et déjà relaté plus haut, notre âme semblerait douée de sa propre volonté et apparemment de sa propre "autonomie". Depuis j'aime le SEIGNEUR non seulement de tout mon cœur, de toutes mes forces mais je peux le dire maintenant réellement, de toute mon âme...... Que notre âme soit au SEIGNEUR pour toujours et à jamais....

Dans cette nouvelle expérience il est possible de comprendre que l'esprit est réellement "attaché" au cerveau de chair lors de l'incarnation, pense donc apparemment "par et avec le cerveau", alors que l'âme, elle, vit spirituellement, détachée des contingeances de la chair, même si elle en subit les dommages. Mais à notre mort, lors de la séparation d'avec la chair, l'esprit et l'âme sont réunis sur le seul plan de l'esprit..... Ceci est un mystère difficile à appréhender mais que chacun connaîtra....

En effet, comme déjà relaté ci-dessus dans la vision, l'âme, pure et divine à l'origine, malgré cette espèce "d'autonomie" dont elle semblerait jouir, par notre conduite ici-bas, peut se ternir, se flétrir, dégénérer dans une tristesse infinie, éteignant petit à petit le reflet de DIEU qui lui donnait cette blancheur, cette lumière éblouissante qui m'a été montrée. Bien sûr, cette altération se communique obligatoirement à l'être tout entier qui est âme, esprit et corps.

Après notre mort, l'âme reste donc attachée, confinée à notre esprit, notre corps spirituel. Elle se présentera avec une apparence relative à sa vie terrestre, c'est-à-dire à notre conduite et à notre amour, notamment pour le Créateur ; elle pourra illuminer, irradier, rayonner de pureté, toute assoiffée de DIEU, le glorifiant ou bien au contraire, apparaître sombre, malade, salie, misérable, ténébreuse, éloignée atrocement du DIEU-AMOUR-CRÉATEUR qui l'a créée à Son image. Elle ne pourra plus jamais être réunie à DIEU, au PÈRE, puisqu'elle ne reflète plus son image..... L'âme étant immortelle, ce sera la damnation éternelle ! C'est une vérité essentielle, jamais enseignée et qui pour beaucoup, sera dramatique le moment venu.

Combien d'entre nous vont garder leur âme à l'image de DIEU ? C'est pourquoi le SEIGNEUR nous dit maintenant que beaucoup déjà n'ont plus la pureté nécessaire à leur union avec DIEU et qu'Il ne "se donne plus ou si peu" à nous. Il est à craindre que les pleurs et les grincements de dents, comme nous l'a expliqué notre SEIGNEUR, soient en effet très nombreux et affreux.

Quand notre SEIGNEUR chéri nous dit d'aimer notre prochain comme nous-même, cela signifie tout simplement que nous devons aimer autrui comme nous aimons notre propre âme, joyau de DIEU en notre sein. Et si nous aimons vraiment autrui comme notre âme nous devons aussi vouloir le salut de son âme ; c'est la première des charités chrétiennes c'est-à-dire celle qui est totalement absente ou plutôt repoussée farouchement, par la charité laïque des Droits de l'Homme.

Oh, mon âme, retrouve et garde ta Splendeur, ta Beauté, ta Pureté et réjouis-toi dans le SEIGNEUR ; aime-Le, ne Le quitte pas des yeux, toi qui Le connais si bien...
SEIGNEUR fait fleurir le jardin de mon âme pour que je puisse T'offrir les plus beaux bouquets !

haut de page